Arezki Moulkaf : « Un an après la loi formation, prudence et pragmatisme ! »

0

Depuis juin 2012, Arezki Moulkaf est consultant senior au sein du département Human Capital Management (HCM) chez ADP. Un an s’est écoulé depuis la publication de la loi du 5 mars 2014 qui bouleverse le panorama de la formation professionnelle : entretiens professionnels, financement de la formation, relation avec les OPCA… Nous avons souhaité l’interroger sur le ressenti des clients de l’acteur incontournable de la scène RH.


Management de la formation : – Bonjour Monsieur Moulkaf. Tout d’abord globalement, comment vos clients ont accueilli la réforme ?

La perception de cette réforme varie d’une entreprise à l’autre. Cela dépend notamment de la maturité des pratiques RH des entreprises. Pour certaines d’entre elles, c’est une opportunité de repenser les mécanismes de gestion de la formation. Pour d’autres, elle peut représenter une contrainte en terme de mise en œuvre opérationnelle.

Le consensus semble s’opérer autour du Compte Personnel de Formation. En effet, la disparition du DIF et la mise en place de ce nouveau dispositif constituent un enjeu pour toutes les entreprises.

Selon moi, il s’agit d’une réforme structurante. Depuis avril 2014, ADP propose un accompagnement global sur cette réforme alliant communication, diffusion d’outils pédagogiques, événements à destination des experts de la fonction mais aussi des managers et des collaborateurs. Ces mesures d’accompagnement rencontrent un grand succès. Ceci nous permet de confirmer l’engagement des entreprises sur le sujet.

Il reste néanmoins des points d’interrogation liés notamment au financement, à la construction des plans de formations et au contour de l’action de formation (fin de l’imputabilité).

Les priorités de nos clients s’orientent naturellement vers les dispositifs associés à des obligations légales : informations sur la mise en place du CPF, déploiement des entretiens professionnels et anticipation sur le bilan du parcours professionnel. Nous constatons également qu’au-delà de la maturité RH de l’entreprise, la taille de celle-ci influe sur sa façon d’appréhender les nouveaux dispositifs. Ainsi, les moyens dont disposent les entreprises en terme d’effectifs RH vont conditionner leur positionnement.

Une entreprise avec un service RH restreint va plus naturellement faire appel à nos services d’accompagnement, qu’une entreprise ou l’équipe RH est plus conséquente. Nos clients apprécient la veille juridique proposée en lien avec nos juristes qui décryptent les textes de loi pour leur proposer des solutions à chaque interrogation. En outre, pour les petites comme les très grandes entreprises, ADP propose un autodiagnostic (31 questions) dont l’objectif est d’accompagner les acteurs RH dans la mise en conformité de leurs pratiques au regard de la réforme.

 

Management de la formation : – Quid de la relation avec les OPCA ?

La loi du 5 mars 2014 modifie leurs missions, cela nécessite un ajustement des partenariats mis en place avec les entreprises. Les prestations proposées vont ainsi aller vers plus de conseils. Les enjeux liés à la qualité de l’offre de formation sont également déterminants dans le nouveau positionnement des OPCA. Les prochains mois permettront de préciser cette dimension.

 

Management de la formation : – Côté financement, avec la fin du 0,9%, vos entreprises-clientes remettent-elles en cause leur budget formation ?

Pas pour l’instant. La plupart ne souhaitent d’ailleurs pas prendre en charge le 0,2% du CPF comme la loi les y autorise. Nous sommes encore dans un temps où il faut expliquer la réforme et accompagner les clients dans la mise en œuvre de ses impacts opérationnels.

En revanche, il est évident que les services formation vont veiller davantage à la pertinence des actions de formation mises en place. La mesure de la qualité de ce nouvel investissement est l’un des axes de la réforme. D’importants processus d’harmonisation des process d’évaluation sont en cours pour y veiller.

 

Management de la formation : – Vos clients vont-ils mettre en place des démarches de certification de leur formation pour ceux qui disposent d’un centre de formation interne ?

La certification est un axe qui va potentiellement nourrir la réflexion des responsables formation à moyen terme. Les mécanismes liés à la réforme permettent de privilégier le développement des actions de formations certifiantes en partenariat avec les prestataires dédiés.

En interne, les politiques de formation volontaristes vont à mon avis être ajustées en fonction de ce nouveau paramètre.

  

Management de la formation : – Avez-vous connaissance de mise en place de catalogues CPF comme il existait des catalogues de formations DIF ?

Là encore, il est trop tôt. Lier le CPF à son offre de formation prendra 2 voire 3 ans. Les entreprises attendent de voir pour faire ou non le choix d’une politique incitative sur le CPF dans son intérêt.

Les individus doivent se saisir de ce nouveau dispositif pour développer leur employabilité. Ils ne doivent pas tout attendre de leur employeur. Le responsable formation doit toutefois mettre en place des passerelles entre les attentes des collaborateurs et les besoins stratégiques de l’entreprise.

  

Si vous souhaitez vous inscrire à la newsletter mensuelle du blog MANAGEMENT DE LA FORMATION : rendez-vous ici.

Découvrez le nouveau site RHEXIS, l’externalisation au service de la gestion de votre formation. 

 

Retrouvez les articles sur le même thème qui peuvent vous intéresser :

 

Crédit photo : DR

Laissez un commentaire


*

managementdelaformation.fr

Participez au baromètre
Management de la formation 2017 !

Cliquez ici pour participer