La formation en chiffres #29 : 30 %

0

En 2011, parmi les entreprises de 10 salariés et plus, 30 % sont peu active en matière de formation. Ce chiffre est issu de la publication Dares Analyses datée d’avril 2015 de la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.

 

L’effort varie en fonction de la taille de l’entreprise

Rappelons que cette étude analyse les dépenses des entreprises pour former leurs salariés en 2011, soit 3 ans avant l’entrée en vigueur de la loi du 5 mars 2014. L’obligation légale étant fixée à 1,6 % de leur masse salariale, il est possible de comparer les dépenses engagées par les entreprises par rapport à ce seuil via les informations recueillies de la déclaration 2483. La Dares distingue 3 catégories  :

  • les entreprises « très formatrices » qui comptent en moyenne 126 salariés et forment 37 % de leur effectif ;
  • les entreprises « moyennement formatrices » qui comptent 55 salariés et forment 25 % de leurs salariés ;
  • les entreprises « peu formatrices » qui forment moins de 5 % de leurs collaborateurs avec une dépense moyenne de 188 € par salarié en 2011.

Les dépenses varient en fonction de la taille de l’entreprise. Selon cette étude, le risque pour une entreprise d’être peu formatrice est inférieur de 30 % lorsque cette dernière appartient à un grand groupe.

 

Externalisation

 

Les entreprises forment plus lorsqu’elles déploient une stratégie

Autre élément clé révélé par l’étude : la mise en place de procédures formalisées impacte positivement les efforts de formation. Ainsi, 47 % des organisations très formatrices disposent d’un responsable formation et 17 % d’entre elles possèdent un centre de formation qui leur est propre. Plus de la moitié des entreprises très formatrices élaborent un plan écrit et mettent en place un budget de formation.

À l’inverse, la présence d’un responsable formation est 2 fois moins fréquente chez les entreprises moyennement formatrices ou peu formatrices que celles considérées comme très formatrices. Bien que les moyens mis en place par les entreprises pour soutenir leurs efforts de formation diffèrent selon la typologie définie par la Dares (« très formatrices », « moyennement formatrices » ou « peu formatrices »), la diffusion de l’information est utilisée par l’ensemble des interviewés. De ce fait, 18 % des entreprises moyennement formatrices mettent à disposition de leurs salariés un catalogue de formations contre 15 % pour les « peu formatrices » et 26 % pour les « très formatrices ».

Cette enquête menée par la Dares démontre le lien entre les dépenses de formation, la taille de l’entreprise et la formalisation d’une stratégie de formation. Dans le but de mieux comprendre les motivations des entreprises à limiter leur effort de formation, analysons de plus près les principaux freins.

Les 4 principaux freins limitant l’effort

chiffre_du_mois_29_dares

 

  • Plus de 60 % des entreprises évoquent l’adéquation entre les qualifications actuelles du personnel et les besoins en compétences comme principal frein aux efforts de formation. Ce taux avoisine 70 % lorsqu’il s’agit des entreprises très « peu formatrices » ;
  • La difficulté des salariés de concilier formation et charge de travail est un frein partagé par l’ensemble des entreprises, quelle que soit leur catégorie (« très formatrices », « moyennement formatrice » ou « peu formatrices ») ;
  • Cité par moins de la moitié des entreprises, le coût trop élevé des formations concerne dans une proportion moindre les entreprises peu formatrices (37 %) en raison de la mineure mobilisation de leurs fonds ;
  • La réalisation par le passé d’efforts soutenus dans la formation explique qu’en 2011, 49 % des entreprises « très formatrices » ont eu recours à la formation contre 38 % pour les entreprises « moyennement formatrices » et 33 % des structures « peu formatrices ».

 

Quelles que soient leurs tailles, leurs catégories et leurs pratiques, la volonté de favoriser la flexibilité, la polyvalence et le développement des compétences est la première motivation invoquée par les entreprises pour former leurs collaborateurs. Si les efforts sont relativement stables en 2011, la réforme de la formation professionnelle et la fin du système « former et payer » risquent bien d’amener les entreprises à réviser leurs budgets. Les publications de la Dares Analyses n’incluront ces changements que dans les 4 voire 5 années à venir.

 

Si vous souhaitez vous inscrire à la newsletter mensuelle du blog MANAGEMENT DE LA FORMATION : rendez-vous ici.

 

Découvrez le site RHEXIS, l’externalisation au service de la gestion de votre formation.

 

Retrouvez les articles sur le même thème qui peuvent vous intéresser

 

Laissez un commentaire


*

managementdelaformation.fr

Participez au baromètre
Management de la formation 2017 !

Cliquez ici pour participer