Lu pour vous (1/2) : externalisation et actualités formation

0

Une rubrique « Repères » en deux parties ce mois-ci, la première étant consacrée aux principaux dossiers et nouvelles lus pour vous ce mois-ci dans la presse papier (essentiellement). Avec, au programme, un dossier sur l’externalisation qui donne la parole à RHEXIS et à son président Alain Ragot, et fait bon usage de notre baromètre. Mais aussi l’essor des universités d’entreprise, du neurolearning, du Conseil en évolution professionnelle, des formations éligibles au CPF… La semaine prochaine, la seconde partie sera consacrée à un focus sur deux études qui ont retenu notre attention – sur la valeur ajoutée des Opca et sur la digitalisation de la formation.

 

L’externalisation de la gestion de la formation

Entreprise & Carrières n°1342 (20-26 juin 2017) a consacré son dossier de la semaine à l’externalisation de la gestion de la formation, sous le titre « La performance par l’externalisation ? ». Enjeux identifiés de cette pratique en expansion : accroître l’efficacité de la politique de formation, bénéficier de l’expertise d’un acteur spécialisé, mais aussi « bien utiliser le temps dégagé ».

Le dossier donne une place importante au baromètre RHEXIS-Management de la formation. Il détaille trois cas d’externalisations réussies, dont celui de TF1, qui a choisi RHEXIS comme partenaire. « L’externalisation permet d’avoir un benchmark constant et du conseil sur les possibilités financières et les pédagogies disponibles, mais aussi de bénéficier de l’avis des autres clients de RHEXIS, d’être plus solide face à l’Opca… » commente Anne-Cécile Bourge, la responsable formation de TF1. Le dossier se conclut sur une interview d’Alain Ragot, qui expose sa vision du responsable formation en 2017 à partir des données du baromètre.

 

Les universités d’entreprise

Centre Inffo n° 924 (15-30 juin 2017, p.9) déploie un dossier sur « les clés du succès des universités d’entreprise », qui seraient environ 4000 dans le monde, « dont une centaine en France ». Qu’elles soient « instituts », « business schools », « Academies » ou « Universités », ces structures éclosent dans les grands groupes, mais aussi dans certaines entreprises de taille intermédiaire (ETI). Elles s’inscrivent au confluent de 4 logiques : le développement des compétences métier et techniques, celui des compétences de management et de leadership, le partage de la culture et de la stratégie de l’entreprise, le travail collaboratif et les compétences transverses qu’il implique. Orange Campus, fondé en 2011, fait l’objet d’un focus. L’organisme aurait formé 16 000 managers sur 19 000 en 2016.

 

Pédagogies : le neurolearning

On ne manquera pas non plus, dans le numéro précédent (n°923, 1er-14 juin 2017), l’intéressant dossier sur le neurolearning, qui donne la parole aux scientifiques, aux formateurs, aux Opca et aux entreprises. Avec une définition donnée par Nadia Medjad, médecin et expert en management du stress, pour qui le neurolearning « décrit, d’une part, la façon dont notre cerveau apprend, et d’autre part, la façon dont on peut améliorer l’apprentissage par la connaissance du fonctionnement neuronal ». Une démarche qui conduit à décomposer l’apprentissage en 4 grands « piliers » : l’attention, qui sélectionne l’information ; l’engagement actif, qui « maximise la curiosité et la prédiction active » ; le retour d’information, ou feedback ; et la consolidation, qui consiste à « accomplir le transfert du conscient au non-conscient », pour automatiser le savoir. Et les acteurs commencent à s’approprier les conséquences de cette analyse.

 

Institutions

Le même numéro (p.24) évoque le lancement des « Innov’Trophées », par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) le 6 juin dernier. Il s’agit, comme son nom l’indique, d’identifier et de récompenser des « innovations de toute nature en formation », pour une remise des distinctions le 1er février 2018, à l’occasion de l’université d’hiver de la formation professionnelle, organisée par Centre Inffo. Pour rester sur le volet institutionnel, on lit enfin p.28 que les Coparef (Comités paritaires interprofessionnels régionaux pour l’emploi et la formation) ont tenu le 1er juin leur séminaire annuel, pour essayer de faire le bilan de l’action de ces comités, qui portent la voix des partenaires sociaux dans les politiques régionales de formation. Au programme, les initiatives des différents Coparef (un par région), le point sur le développement du CléA (certificat des compétences de base, 7439 certifiés au 1er juin 2017), lancé par le Copanef (l’instance nationale), et des interrogations sur l’avenir du paritarisme de gestion en région sur les thématiques formation.

Le numéro précédent de Centre Inffo (n°923, 1er-14 juin 2017) évoquait le développement de la mission de Conseil en évolution professionnelle (CEP) au Fongecif Ile-de-France. C’est la réforme de 2014, rappelons-le, qui a confié à certaines institutions (Pôle emploi, l’Apec, les missions locales, les Opacif, le CAP emploi) le soin d’accompagner gratuitement tout actif qui le demande dans son parcours d’emploi et de formation. L’article montre comment le Fongecif Ile-de-France a dû redéployer ses ressources pour rendre un service qu’il croyait déjà délivrer, mais qui va aujourd’hui nettement plus loin : du simple renseignement sur les possibilités de formation existantes jusqu’au montage du projet. 50 000 personnes ont été conseillées en 2016 par le Fongecif IDF.

 

Listes, labels et qualité

Le mois de juin a enfin apporté des nouvelles relatives aux suites de la réforme de 2014 :

  • Près de 3000 certifications sont désormais éligibles au Compte personnel de formation, la Liste nationale interprofessionnelle établie par le Copanef ayant été mise à jour pour la 8e fois le 9 mai dernier, avec 550 nouveaux entrants (Centre Inffo n°923, p.7)
  • Le Cnefop (Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles) a mis à jour la liste des certifications et labels référencés, et dont l’obtention permet aux organismes de formation de valider l’obligation de qualité prévue par la réforme. 4 nouvelles certifications ont été ajoutées, portant à 33 le nombre total (21 généralistes, 12 spécialisées).
  • Le Copanef et la DGEFP ont mis en ligne un « Focus », document synthétique de 60 pages téléchargeable gratuitement pour faire le point sur les obligations de qualité dans la formation professionnelle, dont le but est d’aider les organismes de formation à « répondre aux procédures qualité des financeurs ».

 

Crédit photo : fotoliaizzetugutmen

 

Si vous souhaitez vous inscrire à la newsletter mensuelle du blog MANAGEMENT DE LA FORMATION : rendez-vous ici.

Découvrez le site RHEXIS, l’externalisation au service de la gestion de votre formation.

 

 Retrouvez les articles qui peuvent vous intéresser sur des thèmes proches :

Laissez un commentaire